La croix de Colomb qui rend un client du Princess Azul fou…

Colomb

Les clients de Geneviève Cabana, au Princess Azul, vivent parfois des expériences insolites. Dans le tome 3, un client amnésique croit reconnaître cette croix, que l’on voit sur une réplique du bateau de Christophe Colomb, le Santa Maria. Et justement, un archéologue américain affirme aujourd’hui avoir retrouvé l’épave d’un des navires originaux de Christophe Colomb, au nord d’Haïti. Si cette nouvelle se confirme, il pourrait s’agir d’une des plus importantes découvertes sous-marines de l’histoire.

Publicités

Sur les traces des Taïnos

Si vous passez par la péninsule de Samanà, en République dominicaine, vous verrez qu’on y voue un véritable culte aux Taïnos!

IMG_2312

IMG_2370

Les Taïnos, premiers habitants de la République dominicaine, étaient près d’un million lorsque les Espagnols ont débarqué sur l’île, il y a plus de 500 ans.

Et comme partout ailleurs en Amérique, ils ont été décimés: maladies, guerres, mariages forcés, etc.

Dans le tome 3, qui est en cours d’écriture, un des personnages, un client de Genveviève, développe une obsession particulière pour les Taïnos…

Et ce qui est fascinant, dans la vraie vie, c’est de visiter les vestiges qu’ils ont laissés: des peintures rupestres dans des cavernes, dont celles situés dans le parc national de Los Haitises. Des animaux, une croix comme celle qu’ils ont vu sur les navires espagnols, et des portraits fascinants de leurs dieux ou de leurs sorciers, qui ont vraiment l’air de petits monstres comme les dessinent les enfants. Quant à leur auto-portrait, on dirait des bonhommes allumettes.

IMG_1729-3

IMG_1726IMG_1724IMG_1744

Gonzo existe, je l’ai rencontré!

IMG_2274

Il s’appelle Raylin, et non pas Gonzo, travaille sur la plage et non pas à la piscine, et il a le teint nettement plus foncé que celui du don juan du Princess Azul, mais pour l’essentiel, il accomplit le même type de boulot: «divertir» la clientèle de son tout-inclus de Samanà, en République dominicaine, et plus particulièrement les jeunes femmes. Raylin est aussi plus polyvalent que Gonzalo Resurreccíon: son horaire quotidien se compose de séances d’aérobie, sur terre comme dans l’eau cristalline, de parties de volleyball et d’animacíon de toutes sortes, qui culmine le soir venu par des pas de danse et des petits sketchs présentés lors des spectacles. Bref, c’est un homme très occupé!

Aussi très occupé, le vendeur de bijoux. En République dominicaine, c’est le Larimar qui compose la majorité des bijoux vendus, une pierre qui se présente sous différentes teintes de bleu (plus sa couleur est foncée, plus elle est précieuse). On ne la retrouve que dans ce pays et en Italie. Vous souvenez-vous, dans le tome I, la crise sanitaire que provoque le vendeur Francisco, lorsqu’il utilise une autre pierre que le Larimar pour la création de ses bijoux? Mal lui en prit…

IMG_2360

 

 

Des cousins du clan Corleone au Japon?

Quand j’imagine les chats roux du clan Corleone, qui vivent en autarcie dans les luxuriants jardins du Princess Azul, je les vois exactement comme dans ces photos.

chat.japon1

chat.japon2Ces clichés n’ont pas été pris à l’hôtel Princess Azul de Punta Cana, mais sur la petite île japonaise de Tashirojima, au large de l’archipel, surnommée l’île aux chats. Dans ce petit paradis félin, les habitants nourrissent les chats « pour la chance et la prospérité ». Une idée d’activité pour les vacanciers du Princess Azul? À suivre dans le tome 3…

chat.japon4

Cette femme est-elle la véritable princesse Leila Baba Ben El Yameni?

sheika

Balthazar, le fils chéri de Geneviève,  essaie de percer comme artiste peintre et il se trouve une richissime mécène. Son subterfuge pour attirer l’attention de la princesse qatarie Leila Baba Ben El Yameni est certes plutôt douteux, mais il fonctionne. Au grand dam de sa mère…

Cette princesse fictive a son alter ego dans la vraie vie: son Excellence Sheikha Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani.

À 30 ans, cette fille de l’ancien Émir du Qatar et héritière d’une colossale fortune, est en effet en train dépenser une petite fortune afin d’acheter à gros prix des oeuvres d’art contemporain de partout sur la planète. On estime qu’elle a sous la main quelque 900 millions de dollars pour constituer la collection d’un futur musée, qui sera bâti en plein désert.

Sheikha Mayassa est maintenant 12e dans la liste des top 100 les plus influents du non moins influent magazine  Art Review.

Peux-ton imaginer son Excellence en train de magasiner une oeuvre de Balthazar Cabana-Desjardins?

La Tchoukotka existe, et elle n’est pas sibérienne!

Mon amie Tamara, spécialiste de toutes les «questions slaves» dans Hôtel Princess Azul (et de l’Ukraine en particulier, en raison de la présence de l’agente à destination Olessia), a réagi à mon post sur le chat Khira, personnage félin du Tome 2. Une espèce rare Tchouktche, que j’ai associé… à la Sibérie.

Or, les Tchouktches vivent au Tchoukotka, m’écrit-elle, et c’est une région autonome de la Russie. Elle ne fait pas partie de la Sibérie, contrairement à ce qu’on voit sur toutes les cartes occidentales.

Voilà pour la rectification géo-historique.

Par ailleurs,  Tamara a elle-même été, petite, sous le charme d’un chanteur Tchouktche très célèbre dans ce qu’on appelait alors l’URSS, Kola Beldy. «On aimait beaucoup ses chansons, et ma mère et moi, on a même assisté à son concert.»

Voici à quoi ressemblait les chansons de Kola Beldy.

Par ailleurs, il y avait bel et bien des chats sibériens partout sur  les territoires de l’ancienne URSS, m’a expliqué Tamara, des chats au poils longs, noir et brun. «Mon tout premier chat était un chat Sibérien. Il s’appelait Kotia. Je l’ai eu quand j’avais 6 ans, et il n’a vecu qu’un an et demi, avant d’être empoisonné par un de ces méchants voisins qui haïssaient les chats.»
Triste fin pour Kotia. Tamara n’a pas de photo de ce chat. Mais en voici une qui devrait lui ressembler (tous les chats sibériens se ressemblent, c’est connu).
chat sibérien neige

Le chat Khira ressemble-t-il à l’un de ces minous?

chat2

Dans le tome 2, Geneviève fait la connaissance du Russe Seraphim Pavlov, une sommité  mondiale de concours félin. Il a notamment découvert un chat de Sibérie très rare, prénommé Khira. Voici un extrait de la conversation à ce propos entre Geneviève et l’agente ukrainienne Olessia, qui s’occupe de ce client… bien spécial.

chat-siberie

EXTRAIT DU TOME 2

-C’est lui qui a découvert le chat Khira…

-Shakira? demanda Geneviève, en voyant défilé dans sa tête des images de la blonde chanteuse colombienne, en train de se déhancher sur une scène. Ses chansons étaient toujours très populaires lors du spectacle du personnel du Princess Azul, le vendredi soir. Encore la semaine précédente, le duo de cuisiniers avait interprété Hips don’t lie  à la grande joie des vacanciers.

-LE chat Khira… Une beauté sibérienne, une espèce très rare, qu’il a déniché dans un village reculé, un village de Tchouktches.

-De quoi?

-De Tchouktches… Bref, ce chat est devenu un genre de mascotte en Russie. On le voit dans de nombreuses publicités, dont une de GazProm, imagine-toi. On dit que Poutine en personne conserve une photo de lui dans son bureau au Kremlin. Et qu’il a son miaulement enregistré sur son cellulaire, ce qui le détend dans les moments de stress. Mon Dieu, Geneviève, tu ne connais pas le chat Khira? Comme c’est étrange…

Voici à quoi ressemblent des chatons sibériens...

Voici à quoi ressemblent des chatons sibériens…